Fiction: Métamorphose, chapitre 10

Likez ou commentez si vous voulez la suite svp
 
Métamorphose

Mercredi 21 septembre
Je m'éveillai, désespérément. Malheureusement ce n'était pas un rêve. Lourdement, je me trainais jusqu'au frigo. Je pris du poulet, et le mangea goulument. Cru. Au petit déjeuné. Je devenais vraiment horrible. Mais bon, ce n'étais qu'un détail. J'observai ma plaie: les écailles recouvraient à présent intégralement ma main, et atteignaient mon épaules. Comment cela pouvait-il s'étendre aussi vite? Bientôt je serai complètement recouverte. Alors je ne pourrais plus me cacher. J'enfilais un pull avec des mitaines au bout, pour cacher au maximum mon bras. Puis je mis par-dessus le sweat de Sulan. Je traversais la maison, en ignorant tout le monde. J'avais bien le droit d'être encore plus odieuse, après tout j'allais me transformer en monstre. Vivre selon cette logique n'était peut être pas la meilleure façon de faire, mais je m'en fichais. J'allais peut être mourir. Après tout, entre être une bête de foire et ne plus vivre, qu'est-ce qui était le mieux? Je montais dans la voiture d'Aaron, puis une fois au lycée je décidai d'éclaircir une bonne fois pour toute mon destin auprès de la seule personne qui pouvait me renseigner: Duncan.

- « J'en ai marre que tu me mentes, que tu évites mes questions: réponds franchement. Que veux tu faire de moi?!
- Bonjour Hebi.
- Arrête Duncan, j'en peux plus. Je mérite de savoir ce que l'avenir me réserve.
- Tu verras bien le jour venu.
- Mais quand viendra ce jour?
- Quand s'achèvera ta Métamorphose.
- Et quand s'achèvera-t-elle?
- Bientôt, à vu d'½il.
- Et si je coupe mon bras, est-ce que ça pourra s'arrêter?
- Tu vis dans un conte de fée ma pauvre, tu ne seras qu'un monstre mutilé.
- Qu'est-ce qui me prouve que tu ne me ment pas? Après tout ça ne te serais pas profitable si je stoppais ma transformation.
- Libre à toi d'essayer, mais tu ne pourras pas dire que je ne t'avais pas prévenue. »
Il n'avait pas tord. Je n'avais peut être rien à y gagner, et même plutôt tout à y perdre. Je ne sais pas si perdre un bras est réellement mieux qu'être un serpent, mais en même temps je ne serais (peut-être) plus sous le contrôle de Duncan. Dans tous les cas il avait encore réussit à éviter ma question principale. Je rentrais en cours, Aaron me posait immédiatement des questions.
- « Alors, qu'est-ce qu'il ce passe avec Duncan?
- C'est compliqué...
- Compliqué? Et alors, je suis là pour t'écouter.
- Rien de grave, je t'assure. » dis-je, en essayant de me convaincre moi-même.
Aaron n'insista pas. Il faudrait sans doute un jour que je suis explique, mais je n'étais pas prête. Je n'avais pas encore accepté moi-même ce que j'étais devenue, alors comment le faire accepter aux autres? Le prof parlait, mais je ne pouvais pas écouter. Ses mots glissaient d'une oreille à l'autre sans que je puisse comprendre. Les heures passaient, je marchais au hasard dans les couloirs. Je ne comprenais même pas pourquoi j'avais pris la peine de me lever. Le midi, je n'avais pas envie de manger avec mes amis. Je ne voulais pas leur infliger ma présence, étant incapable de parler joyeusement. Je m'installai donc à la table de Sally-Rose.
- « Tiens, salut Hebi! » lança-t-elle avec enthousiasme.
- « Salut.
- Ca c'est bien passé avec Aaron l'autre jour?
- Oui, à la perfection.
- Tu n'as pas l'air d'être en forme...
- Juste un peu fatiguée.
- Une nuit agitée?
- Heum, pas vraiment...
- Bon, rien de grave j'espère?
- Non, non. » finis-je, sans grande conviction.
Je mangeai en silence, faisant mine d'écouter leur conversation alors qu'en réalité je songeai toujours à mon sort. J'étais, certes, très égocentrique ces temps ci. Aaron me raccompagna chez moi à la fin des cours, je décidai de profiter de notre soirée. Je l'invitai donc à rester avec moi, bien décidée à profiter du temps qu'il me restait avec mon copain. Je commençai par prendre une douche. Les écailles recouvraient à présent la quasi-totalité de mon corps. Ca y est, dès demain je serai sans doute totalement transformée. Un serpent. Je sortais puis éteignis la lumière, refusant d'infliger la vue de mon horrible peau à Aaron. Ce soir la, je m'endormis une dernière fois dans ses bras. Demain, le cauchemar commence.
 

Tags : fiction - histoire - métamorphose

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.80.208.105) if someone makes a complaint.

Report abuse